Depuis la fin du XXème siècle, le monde fait face à une émergence massive de nouvelles technologies, ce qui impacte considérablement les besoins clients et remet en question l’utilisation des méthodes classiques dites séquentielles.

Des travaux sur le cycle de production itératif et incrémental remontent aux années 1938. Ceux-ci ont été menés par Walter Shewhart, physicien et statisticien pour Bell Telephone Laboratories et William Edwards Deming, statisticien et chercheur pour le ministère de l'Agriculture à Washington.
(cf. PDCA – Plan-Do-Check-Act)
Pendant la guerre, Deming met à profit ses connaissances au service des industries d'armement. Il organise un séminaire de management à l’université Stanford dans le but d'améliorer la qualité du matériel de guerre.
Dès 1950, ces recherches sont appliquées à la production informatique dans le cadre des développements logiciels du programme spatial Mercury.

Dans les années 1970 - 1980, de nombreux travaux concernent l’agilité, comme le cycle de vie évolutif, la production en itérations rapides ou le développement incrémental.

En 1986, Hirotaka Takeuchi et Ikujiro Nonaka publient un article dans la Harvard Business Review traitant de la prise de conscience de certaines entreprises Japonaises et Américaines sur les limites de l’approche séquentielle et leur besoin de flexibilité. Leur constat est que la méthode séquentielle traditionnelle pour le développement de produits peut rentrer en conflit avec les objectifs de rapidité et de flexibilité.
A l’inverse, une approche holistique, dite "rugby”, où une équipe tente d’accomplir ses objectifs en tant qu’unité, en se passant la balle dans les deux sens, peut mieux servir les exigences croissantes en matière de concurrence. Cette méthode offre en effet la flexibilité nécessaire à l’évolution des besoins, et est l'origine du nom de la méthode "Scrum" fondée quelques années plus tard par Ken Schwaber et Jeff Sutherland, qui signifie "mêlée" au rugby.

Tout au long des années 1990, de nombreuses méthodes holistiques et parfois
complémentaires s’appliquant au monde industriel apparaissent :

  • Le développement rapide d'application et ses dérivés (DSDM, ASD, FDD).
  • Des approches inspirées de la philosophie Lean, méthodes d’amélioration continue fortement implantées dans l’industrie, principalement l’industrie automobile (XP, SCRUM)

De nombreux experts estiment alors que le traditionnel cycle de développement en cascade ne correspond plus aux exigences des organisations en évolution constante.

En février 2001, dix-sept spécialistes du développement logiciel se réunissent aux Etats-Unis pour débattre du thème unificateur de leurs méthodes respectives.
Parmi eux on retrouve Ward Cunningham, l’inventeur du Wiki, cofondateur de l’Extreme Programming (XP) avec Kent Beck aussi présent. Ainsi que Ken Schwaber et Jeff Sutherland, les fondateurs de Scrum, et d’autres informaticiens prônant des méthodes qualifiées plus tard d’agiles.

Le “Manifeste agile” émerge à l’issue de cette réunion. Celui-ci est constitué de quatre valeurs et de douze principes fondateurs permettant de référencer ces méthodes holistiques sous un nouveau terme : Agile.